Top Marine et Blanc | Retour sur les souvenirs de l'ancien joueur des Girondins et de Laval, Jean-Luc Dogon


29 septembre 2022

Invités de Top Marine & Blanc sur ARL, l'ancien joueur des Girondins et du stade Lavallois, Jean-Luc Dogon et la journaliste chez Ouest-France Mélina Nicolleau reviennent sur l'actualité de la Ligue 2, des Girondins de Bordeaux et de Laval pour ARL.

Avant le déplacement des Girondins de Bordeaux à Laval, ARL a souhaité rouvrir la boîte à souvenirs. Aujourd'hui nous avons décidé de revenir sur les souvenirs de la longue carrière d'un joueur qui est passé par Laval et par les Girondins de Bordeaux. Il s'agit de Jean-Luc Dogon. International français, ancien joueur du Stade Lavallois (1983-1988) puis des Girondins de Bordeaux (1989-1996), finaliste de la Coupe de l'UEFA en 1996. Jean-Luc Dogon est revenu sur son passage dans le club Lavallois, le club qui l'a formé : « C’est un club familial, oui. A l’époque, c’était le meilleur centre de formation de France, quand je suis arrivé là-bas. Il y en avait beaucoup qui jouaient en Coupe d’Europe, Laval avait réussi. C’est le club famille, où tout le monde se connait. La ville est petite, il faut le dire aussi. Pour apprendre, c’était le summum à l’époque. » Un club qui représente forcément sa formation : « J’ai eu la chance d’avoir des bons entraineurs là-bas. Quand je suis arrivé, c’était Bernard Maligorne Moi qui suis formateur maintenant, c’était le top. C’est quelqu’un qui m’a beaucoup appris. Après j’ai eu Eddie Hudanski, c’était un peu physique, et pour finir j’ai eu Michel Le Milinaire, donc… C’est mon premier club, j’ai appris là-bas, c’est eux qui sont venues me chercher, qui m’ont donné ma chance, très jeune… Ça s’est terminé parce qu’il a fallu que je parte pour aider un peu le club financièrement, car ils avaient besoin d’argent. Mais j’ai passé cinq années formidables là-bas avec la Gambardella, mes débuts en professionnel. »

Direction les Girondins 

Après son passage à Laval, Jean-Luc Dogon est parti en Girondins où il a signé aux Girondins de Bordeaux, l'ancien joueur et entraîneur est revenu sur son long passage qui a duré 7 ans : « Pour la petite histoire, quand je suis parti de Laval, il me restait encore quatre ans de contrat, mais le club avait autorisé à ce que je parte pour qu’il y ait un transfert. J’avais déjà demandé à venir à Bordeaux. Bordeaux avait pris contact, mais Laval s’était mis d’accord avec le Matra… Depuis toujours, je voulais jouer à Bordeaux. Ce n’était pas écrit que j’allais y rester longtemps, mais voilà, c’était le club où je voulais jouer. » Deux souvenirs sont restés en tête pour l'ancien joueur des Girondins. « C’est d’abord le match contre Milan, parce que voilà, c’était l’exploit des petits face aux joueurs connus du grand Milan… Ca a marqué toute une génération, et ceux qui étaient au stade et devant leur télé s’en souviennent. Et puis, ce qui m’a vraiment marqué, c’est la remontée en Ligue 1 après l’année de purgatoire où on a été punis administrativement, et on est remontés aussitôt. Je pense que c’était hyper important pour le club que ça se fasse aussi vite. »

Comparaison entre les deux clubs

Jean-Luc Dogon a ressenti une différence entre les deux clubs. Laval un club familial qui avait pour objectif de gagner pour se maintenir et les Girondins de Bordeaux un club qui chaque année avait pour objectif de se qualifier pour disputer les matchs de Coupe d'Europe : « Il y avait beaucoup d’internationaux qui avaient de l’expérience, Bordeaux était une équipe plus âgée, déjà. Et surtout, on jouait pour gagner, même si c’est un peu bête à dire. On jouait pour faire l’Europe. La première année aux Girondins, on joue même pour le titre, et on finit deuxième. Ça changeait un peu de Laval où on savait que c’était difficile, et le principal était vraiment de se maintenir. Donc entre jouer le maintien et jouer pour l’Europe, pour la gagner, c’est différent. Ça se sentait aux entrainements, ça se sentait aussi avec les anciens parce qu’il y avait des anciens qui venaient s’entrainer avec nous, que ce soit René Girard, Alain Giresse, Gernot Rohr… Ils faisaient même des entrainements avec nous et avaient un esprit de compétiteur, c’était impressionnant. C’est là où j’ai appris à devenir à vrai compétiteur. Oui, il fallait être au niveau. J’arrivais d’une saison un peu difficile au Matra, et même les Girondins sortaient d’une saison compliquée. Il y a eu beaucoup de joueurs nouveaux, il fallait trouver sa place. La concurrence s’est mise en place, c’était encore plus marqué, mais c’est ce qui fait progresser aussi ».

[Par Dorian Malvesin, © photo Girondins]

"Top Marine et Blanc" magazine consacré à l'actualité du FC Girondins de Bordeaux présenté par Dorian Malvesin, David Gluzman, et Christophe Monzie. Les enjeux de Laval / Bordeaux, puis entretien avec Jean-Luc DOGON, international français, ancien joueur du Stade Lavallois (1983-1988) puis des Girondins de Bordeaux (1989-1996), finaliste de la Coupe de l'UEFA en 1996. Entretien également avec Melina Nicolleau, journaliste à Ouest-France, spécialiste du Stade Lavallois Mayenne FC.