Le Mouvement de la Ruralité à la conquête de la Nouvelle-Aquitaine


05 mai 2021

De gauche à droite : Eddie Puyjalon, Jean Lassalle et Yves D'Amécourt. (Crédit : Equipe de campagne de LMR)

 

Il y a les frontistes, les socialistes, les républicains, les marcheurs, les écologistes... Et, il y a aussi les défenseurs des campagnes. Le "Mouvement de la Ruralité" s'est invité dans la course aux Régionales. Plus que deux p'tits mois pour convaincre. Convaincre qu'il faut, avant tout, défendre les territoires qui ne sont pas urbains ou périurbains. Défendre le rail, la route, les petites entreprises, les commerçants et les artisans, mais aussi les agriculteurs. Eddie Puyjalon est tête de liste. Il se verrait bien assis à la place du Président Rousset. Yves d'Amécourt, ancien maire de Sauveterre-de-Guyenne et conseiller régional sortant, est tête de liste en Gironde (Alain Merly pour le Lot-et-Garonne). Nous l'avons rencontré. Enjeux du scrutin, programme, campagne sur fond de Covid-19. Entretien. 

 

Jean Lassalle est candidat aux élections présidentielles de 2022. Pour les Régionales, il apporte clairement son soutien au Mouvement de la Ruralité (LMR)? 

 

 

 

 

Rappelons les principales valeurs portées par le LMR ?

 

"Nous, on veut faire des routes!"

 

 

 

Mais, faire des routes, ça veut dire quoi précisément?

 

"La départementale qui va jusqu'au Verdon est un coupe-gorge!"

 

 

Et l'agriculture est sans surprise un cheval de bataille?

 

 

En visite il y a quelques jours à Casteljaloux, vous avez déclaré à nos confrères de La Dépêche du Midi "On consultera les habitants de cette grande région sur ses frontières". Ça veut dire quoi?

 

 

 

Faire campagne en pleine crise sanitaire, forcément, c'est pas facile... Pas facile de faire du terrain par exemple?

 

 

 

Enfin, vous défendez corps et âmes le monde rural, vous n'en oublierez quand même pas la ville?

 

 

 

 

[Gwladys Lescouzères Photo : Equipe de campagne du LMR]