Rugby (5e journée - Top 14) : Grâce au pied de Jalibert, l'UBB s'impose face au Stade Français Paris (15-10)


01 octobre 2022

L'Union Bordeaux-Bègles s'impose sur un court score et "à l'ancienne" face au Stade Français Paris, ce samedi après-midi à Chaban-Delmas. L'UBB remonte dans le top 10 du Top 14. Christophe Urios a trouvé son équipe "courageuse, avec de la lucidité".

Comme le dit le manager de l'UBB : "il faut savoir gagner des matches comme ça". Sous des conditions météorologiques compliquées et une composition qui a changé plusieurs fois avant le coup d'envoi, l'UBB a réussi à gagner pour la seconde fois à domicile en assurant les quatre points de la victoire. Avant la rencontre, le staff de l'Union Bordeaux-Bègles a annoncé le forfait de Santiago Cordero remplacé par Federico Mori. Puis pendant l'échauffement c'est au tour d'Antoine Miquel de céder sa place après avoir été touché à l'épaule à Jean-Baptiste Lachaise qui a dû sortir au bout de 4 minutes de jeu, Alban Roussel sur le banc a pris le flambeau. Sur la ligne de trois-quarts, Jean-Baptiste Dubié annoncé sur le banc a lui aussi dû écourter son échauffement et a laissé sa place à Pablo Uberti. Une pluie de forfaits, donc : "On gardé la tête froide. Il est certain que cela nous a pénalisés. Ça a commencé jeudi, puis vendredi. Puis encore deux à l’échauffement. Entre l’équipe qui devait jouer et celle qui a attaqué, il y a eu quatre forfaits. Je n’osais même plus regarder le docteur ! Sans compter la blessure de JB (Lachaise, NDLR) au bout de trois minutes. Cela aurait pu nous faire perdre le fil, d’autant qu’on était sous pression en première mi-temps. Je tiens à souligner la performance de notre charnière." déclare le manager de l'UBB. Finalement il s'est passé plus de choses pendant l'échauffement que...pendant le match, ou presque.

Qui dit pluie dans un match de rugby, dit beaucoup d'imprécisions qui se sont répétées pendant la rencontre. Un jeu d'occupation au pied s'est installé où Matthieu Jalibert et Kylan Hamdaoui se sont échangé des coups de pied dans le camp adverse. Des conditions difficiles pour pouvoir jouer avec les trois-quarts : "C’était un mélange de crachin et de vent, pas une pluie franche. On savait que le Stade français a une défense très agressive, qui monte très haut très vite, un peu comme les  Saracens, puisque c’était le même entraîneur. On voulait sauter cette défense mais on n’a pas pu. J’ai trouvé les joueurs de la charnière sobres et rigoureux. Quand on les connaît, notamment Matthieu (Jalibert), c’est la preuve qu’il est en train de faire son cheminement. C‘est bien. Il a eu une bonne qualité de jeu au pied. Je suis content pour lui." souligne Christophe Urios, manager de l'UBB. 

Hamdaoui a récupéré un ballon qu'il a conservé au sol. Matthieu Jalibert transforme la pénalité et ouvre le compteur de son équipe (3-0, 14e). Après une faute de Kane Douglas sur un ballon porté, c'est au tour de Léo Barré de remettre les siens à hauteur des Unionistes (3-3, 25e). Le match ne s'est pas emballé malgré quelques brèches trouvées par l'attaque de l'UBB, à la mi-temps ce sont les hommes de Christophe Urios qui sont devant, suite à une nouvelle pénalité de Jalibert (6-3, 36e). 

b8775374-1e22-4b58-98e2-3db2cc748d97.JPG (523 KB)

Jalibert : 100% au pied

Lors du second acte, l'international français Matthieu Jalibert a continué d'être précis et a ajouté neuf points dans la musette. Un 100% face aux perches : "Je trouve qu’il a bien tapé dans le ballon. Tu peux frapper mal, même si tu réussis parfois. Là, il a très bien frappé. C’est la preuve qu’il retrouve son… Matthieu, il a souffert sur ce début de championnat. Même s’il a cette sorte de carapace et qu’il paraît solide, c’est encore un "merdeux". Je pense d’ailleurs qu’il ne vous a pas échappé que la ligne de trois-quarts était très jeune, mis à part le "vieux" Max Lucu qui a 28 ans. On peut perdre les pédales sur ce genre de match. Là, nous avons été solides" réagit Christophe Urios. Le point négatif de la soirée et que l'UBB est encaissée un essai en force du Stade Français Paris, tout au bout d'interminables arrêts de jeu, ce qui a permis aux Parisiens de décrocher in extremis le bonus défensif, un bonus important pour Romain Briatte, le troisième ligne du SF Paris, ancien agenais : "c'était notre troisième déplacement où on ne passe pas très loin de ce bonus défensif. La semaine dernière face à Lyon, on en avait gros sur la patate, ce soir ça fait plaisir. Le temps n'était pas favorable au beau rugby, on était prévenu on savait que les avants bordelais allaient faire un gros boulot devant. On a su réagir et ce qui est beau c'est qu'on y arrive sur cette dernière action. De bon augure pour la suite, et ce point fait du bien à la tête.

L'Union Bordeaux-Bègles se déplacera sur la pelouse du LOU Rugby, une rencontre qui aura lieu le dimanche 9 octobre à 21h05.  A vivre en direct intégral sur nos ondes.

[Par Dorian Malvesin au stade Chaban Delmas à Bordeaux, © photo UBB - Téo Konczylo]

Les réactions !

Réaction de Louis BIELLE-BIARREY, arrière de l'Union Bordeaux-Bègles.

Réaction de Laurent SEMPERE, entraîneur des avants du Stade Français Paris.

Réaction d'Alban ROUSSEL, 2ème ligne de l'Union Bordeaux-Bègles.

Réaction de Kylan HAMDAOUI, arrière du Stade Français Paris.

Réaction de Christophe URIOS, le manager de l'Union Bordeaux-Bègles.

Réaction de Romain BRIATTE, le 3e ligne du Stade Français Paris.